Interview spéciale

Interview avec GoBanyo

S’il y a quelque-chose qui relie les fans du FCSP autour du monde, c’est bien l’engagement social. Qu’il-elle-s soient de Hambourg et artisans de la construction du club depuis des décennies, ou fans de l’équipe Braun-Weiss en Californie, Russie, Corée ou autres, il-elle-s partagent tou-te-s la volonté d’agir pour améliorer la société dans laquelle il-elle-s évoluent, non pas en tant que spectateur-rice-s mais en acteur-rice-s des changements les plus nécessaires. C’est pour ces raisons que notre communauté francophone s’est constituée elle aussi, afin de relier la passion pour un sport populaire et inclusif à la mobilisation pour des causes d’utilité sociale indéniable. Et parmi celles-ci, il était naturel que nous venions à nous intéresser à GoBanyo, une initiative qui a vu le jour à Hambourg et qui collabore avec notre club de cœur, le FC St. Pauli.

L’interview qui suit vous présente donc cette réalisation originale et solidaire pour que, peut-être, d’autres personnes dans notre communauté se saisissent de l’idée et mettent sur pied quelque-chose de comparable.

Foto: Julia Schwendner // https://www.facebook.com/thisisjuliaphotography/
  • Bonjour Dominik, tu es l’initiateur de GoBanyo. Peux-tu nous expliquer ce qu’est exactement cette initiative et comment elle est née ?

Bonjour, je suis Dominik. Je suis l’initiateur de GoBanyo. Banyo signifie salle de bain en plusieurs langues européennes. Nous avons converti un bus public tel que vous le connaissez dans les transports publics en salles de bains entièrement équipées. Le bus parcourt les rues et, ainsi, les sans-abris qui, autrement, n’ont que peu accès aux installations sanitaires peuvent se laver chez nous.

  • Comment cela fonctionne-t-il concrètement ? Comment le bus est-il aménagé ?

Nous avons un total de trois salles de bains. Il y a tout ce dont vous avez besoin à l’intérieur, douche, lavabo, miroir, toilettes. Il est possible pour l’usager d’avoir les services complets d’une salle de bain. Une des salles est plus grande afin que nous puissions également recevoir des utilisateurs de fauteuils roulants. Nous voulons que tout le monde puisse prendre une douche.

Foto: Julia Schwendner // https://www.facebook.com/thisisjuliaphotography/
  • Les personnes qui interviennent dans le bus-douche sont bénévoles ou ce sont des travailleur-se-s sociaux-ales ?

Nous travaillons en étroite collaboration avec les sans-abris et sommes bien en réseau dans toutes les directions. Au bus douche, cependant, nous fonctionnons surtout depuis le départ avec des volontaires dans le bus. En fin de compte, il n’est pas important de connaître chaque paragraphe réglementaire dès lors que vous pouvez montrer une certaine humanité qui sera appréciée par les bénéficiaires.

  • Comment les personnes bénéficiaires de ce service de bus-douche accueillent-elles cette initiative ?

C’est un grand soulagement pour toutes celles et tous ceux qui nous visitent et sortent de la douche. Vous pouvez facilement voir à quel point la demande est élevée. Vous remarquez simplement que le lavage est un besoin de base. Les gens sont tellement reconnaissants de l’offre, souvent ils ont des larmes de joie sur leur visage…

  • Combien de personnes en moyenne sont accueillies par semaine ? Ce sont souvent les mêmes personnes ou bien y a-t-il de nouvelles têtes fréquemment ?

Nous avons des journées très variées. Nous ne sommes sur la route que depuis 8 mois et avons beaucoup d’expérience. Mais nous avons toujours été à pleine capacité, surtout depuis Covid 19. Depuis que nous avons amené le bus-douche dans la rue début décembre, plus de 1 800 personnes sont venues nous voir.

  • Combien de temps dure la prise en charge sociale ? La douche est-elle le « prétexte » pour une approche plus globale des problèmes rencontrés par la personne ?

Je pense que c’est une façon pour de nombreuses personnes de voir le problème différemment. Nous voulons tous nous sentir à l’aise dans notre peau et chacun sait ce qu’il ressent quand il ne se sent pas à l’aise. Il y a une compréhension différente et les gens trouvent une connexion qui est autrement beaucoup plus difficile à établir. La plupart ne savent pas ce que ça fait de dormir dans un sac de couchage dans le centre-ville à -14 degrés. À cet égard, cela peut être une nouvelle branche pour aborder et changer la problématique différemment.

Foto: Julia Schwendner // https://www.facebook.com/thisisjuliaphotography/
  • Comment l’initiative finance-t-elle ses dépenses, son fonctionnement ?

Nous sommes une entité à but non lucratif. Nous ne sommes pas orientés vers le profit et comptons sur les dons.

  • Quel type de relations existe-t-il entre GoBanyo et les pouvoirs publics de la ville de Hambourg ?

Nous avons des points de vue et des opinions très différents. En fin de compte, il faut travailler ensemble si vous voulez vraiment changer quelque chose. On fait trop peu pour les gens de la rue, mais je crois toujours que nous pouvons convaincre la municipalité d’essayer de nouveaux concepts. Le mot-clé c’est le housing-first.

  • À quel niveau intervient le FC St. Pauli pour soutenir l’initiative ? Cela est-il important pour GoBanyo de recevoir un tel appui ?

Le FC St. Pauli est un ami proche et un bon partenaire. Nous avons eu notre première réunion dans le Millerntor pour le bus-douche. Nous avons eu la promotion des groupes de fans lors du financement participatif. St. Pauli a même marqué un but lorsque GoBanyo est passé à l’écran. Donc, même les footballeurs professionnels nous ont aidés.

C’est vraiment bien que tous les niveaux de GoBanyo soient si positifs. Nous recevons tellement d’aide et de soutien. Il est devenu notre quartier général, pour ainsi dire.

Foto: Julia Schwendner // https://www.facebook.com/thisisjuliaphotography/
  • La scène des fans du FCSP est connue pour ses engagements sociaux, a-t-elle joué un rôle dans le partenariat entre le club et GoBanyo ? Ou pourrait-elle en jouer un à l’avenir, et comment ?

Depuis la période du coronavirus, nous avons également reçu l’aide régulière des Ultras qui sont toujours dans le bus. C’est tout simplement génial à voir.

  • Comment GoBanyo envisage-t-elle son développement ? Par la mise en place d’autres actions, par la mise en œuvre de bus-douche dans d’autres villes ? Quelle est la stratégie imaginée ?

Il y a certainement ce besoin dans de nombreuses grandes villes, pas seulement en Allemagne mais je pense à travers l’Europe. La meilleure chose serait bien sûr si nous n’avions pas à faire notre travail et que tout le monde soit logé et que nous n’ayons plus de sans-abris. Tant que nous nous battons pour cela, je pense qu’il doit y avoir une possibilité de se laver. C’est une question de participation et de dignité. Tout être humain a droit à cela. Qui sait, peut-être qu’il devrait aussi y avoir un bus douche dans les villes de France.

  • Enfin, as-tu un message pour les lectrices et lecteurs francophones, fans du FCSP, de notre site ?

Toutes les bonnes choses viennent à ceux qui restent vrais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *