Interview spéciale

Interview exclusive avec Moriké Sako

Il n’y a pas eu jusqu’ici un grand nombre de joueurs français à avoir évolué au FCSP. Bien au contraire, une rapide recherche internet apprend qu’il n’y en a eu qu’un seul. Mais pas des moindres car il est devenu une idole des fans du club de quartier. Il s’agit de Moriké Sako, aujourd’hui retraité des terrains professionnels mais toujours présent dans le cœur des supporters des Boys in Brown.

Alors, nous avons décidé de retrouver Moriké et d’évoquer avec lui cette tranche de vie particulière au FCSP. Il a joué le jeu et magnifiquement, ce dont nous le remercions encore une fois du fond du cœur.

Voici l’interview qu’il nous a accordée il y a quelques jours, en exclusivité pour la communauté francophone des fans du FC St. Pauli.

Interview, première partie

  • Bonjour Moriké ! Merci d’avoir accepté de répondre aux questions que la communauté francophone des fans du FC St. Pauli se pose à ton sujet : tu es l’unique joueur français à avoir revêtu les couleurs de notre club. La première question est : Comment vas-tu ? Que deviens-tu ?

Je vais très très bien dieu merci ! Toujours et depuis maintenant près de 14 ans sur Hambourg. Je bosse depuis près de deux ans pour une boîte d’analyse vidéo football sud-coréenne basée à Hambourg qui s’appelle Bepro11 (Bepro eleven) dont je suis le responsable France, et je m’éclate vraiment dans mon boulot donc tout est au vert pour moi.

Wow, j’avais pas fait attention que je suis le seul joueur français à y avoir joué, bah tant mieux j’en suis encore plus fier alors !

  • Tu es arrivé à Hambourg, à St. Pauli, en 2007, si je ne dis pas de bêtise, et as quitté le FCSP en 2010. Comment se sont passées ces 3 saisons ?

Ces 3 saisons et demie ! Mis à part la fin qui ne s’est pas passée comme beaucoup de monde l’aurait espéré, et moi le 1er, j’ai vécu le meilleur moment de ma carrière, et de très très très très loin, avec ces deux montées en 2. Liga puis en Bundesliga, deux ans après, pour couronner tout ça. Rien à dire, que des moments énormes, de folie, gravés à vie et surtout devant les meilleurs fans du monde (avec ceux du PSG bien sûr).

  • À ton arrivée, savais-tu quel type de club, quelles spécificités tu allais trouver sur place ? Tu n’as pas été étonné de cet engagement extra-sportif des fans d’un club de football ?

Je ne savais absolument rien du tout du club, d’Hambourg et de l’Allemagne avant mon arrivée. Et oui j’ai été positivement choqué de l’engagement/engouement unique des fans et de tout ce qu’il se passait autour de nous quand on jouait. C’était à chaque match à domicile comme à l’extérieur de la folie.

  • À ce sujet, toujours, il y a eu un match contre Rostock (en septembre 2008, victoire 3-0 du FCSP) où tu as subi des insultes racistes de la part des « supporters » du Hansa. Fabian Boll, entre autres, avait dû intervenir et avait fini par recevoir un briquet sur le crâne. Penses-tu que l’engagement des fans du FCSP contre le racisme et toutes les autres discriminations est quelque-chose d’important dans le football d’aujourd’hui, et pourquoi ?

J’ai subi des insultes mais je m’y attendais à chaque fois quand il fallait jouer dans certains stades et Rostock c’était pas la 1ère et dernière fois, donc dans ces stades-là, c’est normal, faut faire avec parce que eux cela fait partie de leur culture. Mais l’engagement de nos fans il est important bien sûr, et ça va au-delà du foot justement puisque c’est aussi en partie pour cela que ce club est aussi populaire est aimé dans le monde entier.

Si tous les clubs faisaient la même, on parlerait plus autant de racisme dans le foot et le sport en général comme aujourd’hui. Les fans se battent contre tout ce qui est racisme ou discrimination et c’est pour eux un mode de vie. Ils font pas les moutons à attendre qu’il se passe quelque chose de grave et ensuite faire une, voire deux campagnes, anti-racisme ou autres par an. Si tous les clubs étaient au niveau de Pauli on en aurait fini avec tout ça depuis un moment.

  • Que penses-tu des valeurs antifascistes, antiracistes et contre les autres discriminations défendues par le club et ses supporters ? A-t-il été facile, agréable, de se fondre dans un tel environnement ?

Bah oui forcément c’est beaucoup plus simple on va dire, et dieu merci je suis tombé sur ce club spécial à tous les niveaux à l’époque. Mais j’aurais bien pu aussi tomber sur un club du fin fond de l’Allemagne de l’Est et ça aurait pu se passer bien différemment, c’est sûr. L’engagement des fans on le ressentait tous les jours et nous-mêmes, les joueurs, en vivions, oui ça nous donnait beaucoup plus de force surtout de réussir pour eux avant nous-mêmes. C’est aussi pour ça qu’il y avait à l’époque cette fusion incroyable et qu’on arrachait quasiment tout sur notre passage.

Le club a beaucoup changé en termes d’image je pense, c’est un club qui aujourd’hui a beaucoup d’argent, qui génère beaucoup d’argent grâce à certains sponsors, etc. donc la dimension économique est totalement différente, ce qui lui a fait perdre beaucoup de son charme je pense, même si à mon époque on avait pas à se plaindre, mais ça reste deux mondes. Mon rapport avec le club est et a toujours été super et positif, même si aujourd’hui à certains étages je n’ai plus trop d’attaches, surtout au niveau de tout ce qui est direction, etc. Les joueurs ou coachs d’aujourd’hui j’en connais certains et tout se passe très bien.

Je joue pour la Traditionsmannschaft donc j’ai toujours contact avec beaucoup de joueurs de mon époque ou plus vieux. Quant aux fans, je suis complètement moi-même fan d’eux et de tout ce qu’ils réalisent depuis que j’ai connu ce club, et la relation que j’ai avec eux encore aujourd’hui est incroyable. J’ai un respect profond pour leur engagement vis à vis de ce qu’ils font pour le club, leurs valeurs et aussi pour les choses de la vie pour lesquelles ils se battent en général.

Deuxième et dernière partie de l’interview, lundi prochain, soyez au rendez-vous !

Flo et Xavier

Un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *