Interview spéciale

Interview Marc Gouiffe à Goufan

Notre fan club se veut francophone, donc toutes les personnes qui parle la langue de Molière s’y retrouvent. Et le continent qui la parle assez souvent est l’Afrique. Il y a peu, on a interviewé le seul Français d’origine malienne, ayant joué pour le FC St. Pauli, j’ai nommé Moriké Sako.

Aujourd’hui, on reste sur le continent africain, puisque nous accueillons un international camerounais, qui a joué au FCSP de 2008 à 2010. Vous l’avez sûrement reconnu, je veux parler de Marc Gouiffe à Goufan. Il nous a accordé une interview sur notamment son passage au club, ses meilleurs souvenirs et ce qu’il devient aujourd’hui.

1- Merci d’avoir accepté de répondre aux questions que la communauté francophone des fans du FC St. Pauli se posent à ton sujet. La première question est : Comment vas-tu ? Que deviens-tu ?

Merci à vous pour cette interview, c’est un grand privilège pour moi de repondre à vos questions. Je vais très bien, je suis entraîneur des juniors du FC Wettswil-Bonstetten, le club où j ai terminé ma carrière active.

2- Tu arrives au FC St. Pauli à l’été 2008 en provenance de Paderborn. Comment se sont passées ces deux saisons au club ?

J’ai bien commencé avec le groupe. On avait très belle équipe avec des dirigeants très sociables mais hélas j ai pas pu apporter grand chose pour causes de différentes blessures. C’était vraiment dommage. Mais j’ai tellement aimé mon passage dans cette grande famille.

3- Tu es le seul joueur camerounais à avoir joué pour le FC St. Pauli. As-tu côtoyé des joueurs francophones lors de ton passage au club ?

Oui évidemment j’avais de bonnes relations avec Mo (Moriké Sako) et Jono (Jonathan Bourgault). Et dans la ville de Hambourg, j’étais tout le temps en contact avec Atouba, frère camerounais qui jouait au HSV.

Timothée Atouba : « un nouveau challenge » - Camfoot
Timothée Atouba, quand il jouait pour le rival – Crédit de photo: Camfoot.com
4- À ton arrivé au club, savais-tu dans quel type de club tu allais atterrir ? Tu n’as pas été étonné de cet engagement extra-sportif des fans d’un club de football ?

J‘avais eu de longues discutions avec l’entraîneur Stani et la manager. Tout était bien réuni, et le concept m’avais bluffé. Et avant quand j’étais à Wolfsburg, j’avais disputé avec mon équipe une partie de match au Millerntor. L’atmosphère était géniale avec des vrais fans de foot donc la proposition de St Pauli m’était impossible à refuser. Les fans de St Pauli sont uniques, je les adore.

5- Que penses-tu des valeurs antifascistes, antiracistes et contre les autres discriminations défendues par le club et ses supporters ?

C’est vraiment extraordinaire ce que font les fans et le club. C’est vraiment une famille qui parle la même langue. Dans l’histoire du foot, c’est du jamais vu. Pour eux, ce n’est pas que du foot mais c’est aussi la parole sans voix. Ils défendent ces choses avec la dernière énergie et ça, tout le monde entier le sait et la preuve, presque dans tous les pays du monde, il y a des fans de St Pauli.

6- Es-tu toujours en contact avec le club, d’anciens coéquipiers ou autres ?

En contact oui téléphonique et sur les réseaux sociaux, autant plus que je suis en Suisse 🇨🇭.

7- À 18 ans, tu pars de ton pays natal, le Cameroun, pour rejoindre l’Europe et plus précisément Wolfsburg. Avais-tu d’autres opportunités à ce moment là ? Et pourquoi avoir choisi l’Allemagne ?

Oui, après le tournoi de Daimler Chrysler Cup, j’avais d’autres opportunités mais moi depuis tout petit j’aimais le foot allemand. Puis c’était mon rêve de jouer en Allemagne. J’étais fasciné par le physique et la discipline, puis mon père aussi me faisait voir les matchs de l’équipe nationale allemande. C’est un grand fan donc depuis mon enfance, j’ai grandi avec tout ça.

8- Si tu avais une machine à remonter le temps, qu’est-ce que tu changerais lors de ton passage au club, ou dans ta carrière professionnelle ?

Hahaha, pour ma part avoir une rencontre une fois par mois avec les fans pour discuter, boire un verre, avoir un peu plus de lien avec eux. Concernant ma carrière, j’aurais dû m’investir dans les actions humanitaires des certains fans, comme par exemple Viva Con Agua.

9- Quel est ton plus beau souvenir avec le FC St. Pauli ?

Hahahaha, la Goofy Danse avec les fans et les joueurs après la victoire contre l’Alemannia Aachen, c’était fantastique. La vidéo est encore sur YouTube.

Crédit de vidéo: larshimself
Crédit de photo: KIKAchris

10- As-tu des perspectives d’avenir pour la suite de ton après carrière professionnelle ?

Oui, là je suis déjà actif dans l’encadrement des jeunes et coté aussi, j’apprend la mécanique générale donc la F1. Mais j’espère rester dans le foot pour aider les plus jeunes.

11- Et pour finir, un petit mot pour la communauté francophone ?

Vraiment très ravi d’avoir pensé à nous. Votre initiative reflète l’esprit du FC St. Pauli: jamais on oublie personne You Never Walk alone. Portez-vous bien et continuez dans cette lancée. En espérant peut-être se rencontrer une fois. Au plaisir, salut à toute la team.

Merci à Marc pour cet entretien et d’avoir joué le jeu. Bonne continuation à lui et on lui souhaite que du bonheur dans ses projets futurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *