Articles externes

Les patrons faisaient la ola, les fans écoutaient dehors

La forteresse Millerntor – avec un autre sens que pour des raisons sportives, il en était de même dans et autour du stade lorsque le FC St. Pauli a joué le 1. FC Nürnberg pour la première fois.

Les barrières empêchaient les fans de s’y rendre – mais il n’y en avait pratiquement pas.

Sur le Heiligengeistfeld uniquement, une vingtaine de curieux se tenaient sur des boîtiers électriques, apportaient des chaises ou s’asseyaient simplement par terre pour être au moins « à portée de voix ».

Ce qu’ils ont pu voir : À partir de midi, les Kiezkickers sont arrivés avec leurs voitures particulières. Dix minutes plus tard, c’était le tour de l’équipe de Nuremberg avec deux bus du club.

Le chef de la sécurité de St. Pauli, Sven Brux, qui avait les mains pleines de choses à faire, a arrêté une équipe de dix ambulanciers paramédicaux. Brève conversation, puis six d’entre eux ont dû repartir. Parce que seulement quatre membres d’équipe sanitaire étaient autorisés à l’intérieur.

Huit responsables locaux avaient été autorisés à prendre place dans la tribune. Le Présidium était pleinement représenté avec Oke Göttlich, Christiane Hollander, Carsten Höltkemeyer, Joachim Pawlik et Jochen Winand. En outre, le membre du conseil de surveillance Karsten Meincke, le directeur général Bernd von Geldern et le patron junior Roger Stilz.

À 12 h 53, les Kiezkickers viennent s’échauffer sur le terrain. La délégation paulinienne se lève dans la tribune principale et applaudit bruyamment. Winand crie : “On ne peut pas faire plus”.

Il y avait aussi un minibus de Nuremberg stationné devant l’entrée des visiteurs. Le représentant des fans Jürgen Bergmann (57) est venu avec nous – par précaution. Mais aucun fan club là-bas.

Beaucoup de choses étaient différentes de d’habitude, mais comme à l’accoutumée, “Hells Bells” d’AC / DC a résonné comme musique d’échauffement dans le stade à 13h27. Robin Himmelmann a été le premier à sortir du tunnel des joueurs sur le terrain. Le gardien a enlevé son masque et l’a jeté dans une poubelle que tenait Thorge Blöcker.

Sur le Heiligengeistfeld, les vigiles n’ont eu aucun problème avec les quelques fans. Ils ont regardé le match sur leurs téléphones portables. Seul problème : le stream était diffusé une minute plus tard que l’action en direct dans le stade…

Tout le monde a entendu la célébration du but à la 84ème minute à l’extérieur. Mais pour qui était le but ? De la joie lorsque a retenti le jingle de but de St. Pauli “Song 2” par Blur. Le coup de sifflet final avait lieu douze minutes plus tard.

Dans le stade, l’équipe a pu voir les huit « fans » célébrer avec une ola. Vraiment fantomatique…

Article d’origine : Bild.de par Michael ACKERMANN et Andreas ZSCHORSCH

Crédit photo principale : Boehmer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *