Articles externes

Nous parlons tous les deux la langue des joueurs

Le site officiel de notre club a publié hier une interview croisée de nos deux nouveaux co-entraîneurs, Loïc Favé et Fabien Hürzeler. Nous l’avons traduite pour vous.

Un très petit nombre de fans de St. Pauli auront dévoilé un résumé des nouveaux entraîneurs adjoints au moment de la présentation de Loïc Favé (27 ans) et Fabian Hürzeler (27 ans). Le duo est uni par son jeune âge. La décision de Timo Schultz de les emmener avec lui en tant qu’assistants dans l’équipe de coaching professionnel est courageuse. Mais en quoi Favé et Hürzeler sont convaincus que ce courage est payant, c’est ce qu’ils ont expliqué lors d’une conférence de presse avec les journalistes. Les deux entraîneurs-adjoints ont également parlé de…

… ces premières semaines dans l’équipe d’entraîneurs :

Favé : “Je dois dire que j’ai vraiment apprécié ces premières semaines. Ça a bien sûr été un changement de l’ETV au FC St. Pauli. Mais l’équipe m’a bien accueilli et je me suis mis directement au boulot, surtout en termes de contenu et de travail sur le terrain. Cela ne correspond pas seulement à Timo, que je connais depuis longtemps, mais aussi à Fabi, avec qui j’ai déjà entrepris quelque chose en privé. Même si nous venons de nous rencontrer, nous nous sommes rapidement retrouvés et avons eu des idées similaires”.

Hürzeler : “C’est vraiment différent. Mais j’ai déjà travaillé avec une équipe masculine en Bavière, donc le changement n’était pas si grand. Bien sûr – tout est plus professionnel ici, le public y regarde plus et les joueurs ont plus de qualité ici. Les exigences, les pièges sont différents. La gestion des joueurs, comment vous leur parlez et comment vous vous entraînez, ne correspond cependant pas à un changement pour moi”.

… leur jeune âge :

Hürzeler : “Je ne vois pas les professionnels avant tout comme des professionnels, mais comme des personnes. Il y a certaines exigences qu’ils ont de nous, et pourtant je crois que Loïc et moi essayons de les convaincre en termes de contenu. Nous sommes à égalité avec eux et voulons leur dire que nous voulons les faire progresser et que nous sommes en train de passer par un processus. Nous parlons tous les deux la langue des joueurs et cela va, dès maintenant, très bien. S’ils remarquent que nous sommes bons en termes de contenus dont ils peuvent également bénéficier, alors c’est un bon rapport joueurs-entraîneurs”.

Favé : “Je vois les choses de manière très similaire. L’âge n’a pas été un problème pour moi jusqu’à présent. Je trouve qu’il est crucial de m’entendre avec les gens et les personnalités et d’établir un lien. À l’ETV, j’ai non seulement formé mon équipe de jeunes, mais j’ai également eu de nombreuses discussions en tant que coordinateur de la jeunesse avec des entraîneurs des adultes parfois mal à l’aise. L’expérience m’a définitivement aidé”.

… les traces de leurs prédécesseurs :

Favé : “Il est logique que nous nous concentrions sur la nouvelle tâche, que nous nous regardions et que nous en tirions le meilleur parti. Bien sûr, je connais André Trulsen, j’ai aussi joué au football avec son fils à l’ETV. Cela n’aurait aucun sens d’imiter nos prédécesseurs. Nous devons suivre notre propre chemin, ce dont nous discutons ensemble dans l’équipe des entraîneurs”.

Loic Favé (à gauche) montre la direction au nouveau venu Afeez Aremu (à droite) : À l’ETV, il a travaillé comme coordinateur de la jeunesse et a conçu le département de football de manière conceptuelle (Crédit photo : Witters).

… le FC St. Pauli :

Hürzeler : “J’ai toujours perçu St. Pauli comme un grand club, mais je n’ai pu juger que de loin à quel point les fans sont émotifs et quel genre de communauté il y a. Le club a un rayonnement sur le monde extérieur, cela m’a toujours impressionné. Quand J’ai regardé un derby comme celui-ci, en fait, j’ai toujours été pour St. Pauli. Quand l’offre est arrivée, je n’ai pas eu à réfléchir à deux fois. C’est une tâche cool et un grand défi que nous avons devant nous et que nous avons hâte de relever”.

… leur carrière :

Hürzeler : “Je suis né à Houston parce que mes parents y ont suivi une formation de dentiste. A Munich, j’ai commencé à jouer au football et j’ai traversé toutes les équipes de jeunes du FC Bayern Munich. En même temps, j’ai connu la vie associative et quelques matchs dans les sélections jeunes de l’équipe nationale. J’étais également en route vers le football professionnel, mais en raison de plusieurs facteurs, cela a échoué. À 22 ans, j’ai reçu l’offre de devenir entraîneur-joueur chez Pipinsried et j’ai décidé très tôt, juste pour aller sur les rails du coaching. Dans le même temps, j’ai terminé mes études en sciences du sport avec un Master”.

Favé : “Je suis né à Hambourg à l’UKE[1] et j’ai grandi à Eimsbüttel, puis j’ai commencé à l’ETV et j’ai également joué au football jusqu’au niveau adulte. J’ai ensuite formé les A-Juniors et j’ai rapidement eu l’opportunité de commencer à la base DFB de Sachsenweg. J’étais sur le terrain d’entraînement tous les jours. L’ETV m’a permis d’obtenir un double diplôme en management du sport, j’y ai commencé très tôt en tant que coordinateur jeunesse et j’ai pu aider à construire de manière conceptuelle le département du football.  Ça a été un grand plaisir, et parallèlement j’ai toujours essayé de m’éduquer dans des domaines très différents”.

… leur contact avec Timo Schultz :

Favé : “Nous avons souvent joué les uns contre les autres avec nos équipes. Mais je ne pensais pas que quelque chose comme ça aurait pu en sortir. Nous avons échangé du contenu presque chaque semaine. Timo m’avait déjà indiqué que nous travaillerions ensemble si quelque chose se passait pour lui et s’il y avait une possibilité du côté du club. Aussi, nous nous sommes beaucoup préparés, ce qui nous aide aussi maintenant parce que nous avons déjà beaucoup de choses à faire”.

Hürzeler : “Il y a deux ans, je suis allé à l’académie des jeunes du FCSP pour un entretien et j’ai assisté au travail de Timo. Nous nous sommes vite rendu compte que nous étions sur la même longueur d’onde. Nous sommes ensuite restés en contact. Je l’ai félicité sans arrière-pensées quand j’ai entendu qu’il allait devenir entraîneur-chef. Il m’a ensuite demandé ce que je faisais. On a rencontré Loïc et une chose en a amené une autre. Maintenant, je suis très content d’être ici”.

Fabian Hürzeler a raté de peu le football professionnel. Il a suivi son propre chemin, a fait la connaissance de Timo Schultz lors d’un stage à la NLZ. (Crédit photo : Witters)

… le courage de prendre une décision :

Hürzeler : “Il n’est bien sûr pas courant d’engager avec soi deux entraîneurs aussi jeunes. Bien sûr, si les choses tournent mal, cela pourrait retomber sur le dos de Timo. D’un autre côté, avec Matze Hain, nous avons un gars très expérimenté avec nous et Schulle a également une très grande expérience d’entraîneur-adjoint. Nous essayons de transmettre par le contenu. Pourquoi cette idée ne devrait-elle pas fonctionner ? Nous ferons tout ce que nous pouvons et nous sommes convaincus que cela fonctionnera”.

Favé : “J’ai été très impressionné par le fait que Timo était très déterminé dans les discussions. L’âge n’a jamais été un problème. Bien sûr, on est surpris et heureux quand l’offre et le pas vers le football professionnel arrivent. Nous avons des idées similaires et nous nous entendons bien. C’est pourquoi je pense que nous pouvons tous les deux apporter notre contribution de la meilleure façon possible”.

la répartition des tâches :

Favé : “Il existe déjà des domaines de responsabilité clairement définis, mais sur lesquels nous discutons et travaillons toujours ensemble. Chez ETV, j’ai fait beaucoup de travail conceptuel et essayé de mettre en œuvre une idée de jeu sur une plus longue période.  Mais le travail sur le terrain et le contact avec l’équipe est le plus agréable”.

leurs objectifs personnels :

Favé : “J’ai toujours bien fait de me concentrer sur ce qui allait arriver. Pendant mon séjour à ETV, je me suis beaucoup amusé avec cette tâche et maintenant l’étape suivante est arrivée. Je suis totalement excité par la nouvelle tâche et je veux gagner beaucoup d’expérience. Je pense que nous pouvons apprendre beaucoup de ce moment-là. Nous verrons ce qui se passera dans un an ou deux. Maintenant, je veux mettre les gaz avec l’équipe et développer davantage les joueurs”.

Hürzeler : “Le but est de pouvoir dire à un moment donné que l’on peut reconnaître une signature. Cela demande beaucoup de travail. Je suis convaincu que chaque joueur, quel que soit son âge, peut s’améliorer. Et si chaque joueur s’améliore, l’équipe est également meilleure. Si nous pouvons le faire grâce à la formation et à la maîtrise des défaites, nous nous rapprocherons encore plus en tant que groupe uni”.

Un trio qui est sur la même longueur d’onde en matière de football : l’entraîneur-chef Schultz (à droite) a une grande confiance en ses assistants. (Crédit photo : Witters)

(ms)

Crédit photo principale : Witters


[1] Hôpital universitaire de Hambourg (NdT).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *